Un livre, un film, une anecdote pour voyager en Inde depuis votre canapé : clap 1

21/04/2020

Encore un mois de confinement, ...au bas mot. Quant aux frontières indiennes, qui sait quand elles ouvriront à nouveau. Tant pis, voyageons par d'autres moyens via

un livre, un film, une anecdote (sur l'Inde bien entendu): 

 

 

LE LIVRE: "Les trois erreurs de ma vie" de Chetan Bhagat.

 

Alors, pour une première, difficile de choisir....il y a bien sur Shantaram G. D. Roberts (de loin mon préféré) : une aventure extraordinaire d'un évadé australien qui se fait oublier dans les bidonvilles de Bombay. Tour à tour bandit pour la mafia ou médecin dans les slums, c'est une histoire passionnante, mais bon, c'est connu, archi commenté, résumé, etc.

 

Je vais plutôt vous présenter un roman qui plonge le lecteur au milieu de la vie quotidienne (entre tradition et modernité) de la jeunesse indienne de moyenne (basse) extraction, ses références, ses rêves etc. Le livre traite également sans concession, mais en appelant à la tolérance, de la question des tensions entre communautés religieuses (Hindu et musulmans) qui revient malheureusement de manière cyclique dans le nord du pays.

 

Le narrateur, Govind, retrace sa courte vie à Ahmedabad, dans l'Etat du Gujarat, au gré des erreurs (trois) qu'il n'arrive pas à se pardonner. Il nous parle de l'amitié, de l'amour, de son don pour le business, de sa fascination pour le cricket et Ali, un petit musulman surdoué, mais également de l'extrémisme hindou. Il fait ainsi clairement référence au massacre de 2002 et sur lequel le premier ministre actuel Narendra Modi, alors Chief Minister du Gujarat, est soupçonné d'avoir fermé les yeux.

 

Chetan Bhagat est un auteur très influent en Inde. Il incarne cette nouvelle génération, éduquée, consciente de son potentiel, pleine de promesse et d'espoir de changement, capable d'amener l'Inde dans la modernité. Pour ma part, ce bouquin entre dans la catégorie "de ceux qu'on ne lâche pas avant d'avoir terminé".

 

 

 

LE FILM: Devdas (de Sanjay Leela Bansali, sorti en 2002)

 

Tiré du best seller écrit par Sarat Chandra Chatterjee (1917 au Bengale), ce film aux accents shakespearien est l'équivalent indien de Roméo et Juliette. Il raconte l'histoire de Devdas, fils d'une riche famille de propriétaire terrien et Paro, filles de marchants (une caste moins élevée). L'intrigue prend place dans la région autour de et à Calcutta. 

 

Devdas et Paro se connaissent depuis l'enfance et s'aiment éperdument. Cependant, les parents de Devdas s'opposent à cette union étant donné la classe sociale Paro. Devdas se range à l'avis de son père puis se ravise quelques temps après mais c'est trop tard. Paro, et sa famille, blessées dans leur orgueil ont arrangé un mariage avec une grande famille aristocrate. Devdas sombre dans l'alcool, se coupe du monde et de sa famille. Il ne survit que grâce à l'amour inconditionnel de Chandramukhi, une courtisane riche et célèbre. Etrangement, c'est cette fille de joie qui adopte les comportements les plus nobles. Elle aime Devdas envers et contre tout et sans attendre d'être aimée en retour. La fin est tragique mais je vous laisse la découvrir.

 

 

La trame du film est assez classique dans le cinéma indien (un amour impossible entre deux amants de castes différentes). Ce qui rend ce film unique est la puissance et la complexité des personnages (les héros sont torturés, ils ont également une part d'ombre, d'orgueil et d'égocentrisme). L'enchainement des scènes de danse et de chants s'imbriquent harmonieusement dans la trame (contrairement à ce qui se passe souvent). Les images, l'utilisation des couleurs (omniprésence du rouge) ou de l'eau donnent au film un cachet unique. Et puis surtout, les trois acteurs principaux sont des véritables légendes du Cinéma Indien. On ne les connait pas ici en occident, mais dites vous que Bollywood est suivi tant en Asie du sud est, qu'au Moyen Orient ou en Afrique du Nord. Ca commence à faire pas mal de monde :-) (bien plus qu'en occident):

 

L'acteur principal est Shahrukh Khan (Devdas). C'est l'un des acteurs et des producteurs les plus primés et certainement le plus populaire (sorte de Brad Pitt ou de Georges Clooney). Loin de la caricature qu'on peut faire d'un acteur indien, il donne beaucoup d'intensité à son personnage.

 

L'actrice principale est Aishwarya Rai (Paro). Elle est l'actrice la plus bankable de Bollywood et représente la beauté indienne par excellence (élue plus belle femme du monde en 1994, et franchement ce n'est pas volé :-)).

 

Chandramukhi est jouée par Madhuri Dixit qui est reconnue comme l'une des plus grande danseuse de Bollywood.

 

En bref, j'aurai pu choisir l'un des nouveaux films de Bollywood dont les histoires et la manière de filmer, de construire les intrigues se rapprochent peu à peu mais j'avais envie de voyager dans une Inde romantique (la prochaine fois, on ira sur tout autre chose).

 

L'ANECDOTE: Le Tilak (ou Bindu)

 

Symbole religieux apposé lors d'une puja ou en signe de bienvenue, le Tilak (le fameux point rouge sur le front), symbolise le troisième oeil d'une personne et son rapport avec la création. C'est un symbole de conscience, de bonne fortune et de festivité. On dit que le centre du front est un des points de pression les plus importants sur le corps humain. C'est une manière de concentrer l'attention sur ce point qui correspond aussi au 6ème chakra commandant les divers niveaux de concentration atteint par la méditation. C'est également un point de sortie du Kundalini (l'energie latente).

 

 

Traditionnellement il est fait avec la poudre de kum kum rouge (représentant Shakti, la Déeesse mère, la force, mais aussi le sacrifice, l'amour) mélangée à un peu d'huile.

 

Il est souvent confondu avec le Bindu, porté par les femmes au quotidien. Au nord, le Bindu est un symbole de statut marital (à l'instar de la trace rouge sur la raie du crâne: le Sindur). Au sud, toutes le porte, par pur esthétisme.

 

Aujourd'hui, les femmes le portent comme un accessoire de mode (et remplacent souvent le kum kum par des autocollants). Il peut alors prendre différentes formes.

 

Si vous avez des questions spécifiques pour la partie anecdote, des suggestions, des idées de films etc n'hésitez pas à partager.

 

N'hésitez pas à découvrir notre projet .

 

Dessine-moi l'Inde.

Please reload

À l'affiche

L'Inde ferme ses frontières jusqu'au 15 avril pour tenter de contrer le Coronavirus

12/03/2020

1/10
Please reload

Posts récents

29/07/2019

Please reload

Par tags